French Conspiracy Index du Forum
French Conspiracy - Illuminati et Synarchie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer   ProfilProfil   ConnexionConnexion 

Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   



 French Conspiracy 
Histoire objective
Forum conspirationniste et athéïste



Jukebox vidéo French Conspiracy Dailymotion
Les confessions du Père Régimbald

Les publicités ci-dessous sont celles de ce que nous dénonçons : CQFD
Martines de Pasqually (1711-1774)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    French Conspiracy Index du Forum -> Personnalités -> Martines de Pasqually
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne
Inscrit le: 16 Juin 2007
Messages: 107
MessagePosté le: Ven 6 Juil - 03:28 (2007)    Sujet du message: Martines de Pasqually (1711-1774)

Martines de Pasqually (1711-1774). Fondateur de l'Ordre de Chevaliers Maçons Elus Cohens de l'Univers.
Inspirateur de Louis-Claude de Saint-Martin et Jean-Baptiste Willermoz.

Biographie

D’origine incertaine, Martines de Pasqually, personnage dont l’évolution spirituelle reste encore mal connue faute de documents, apparaît tout à coup vers 1754; il commence alors une carrière de thaumaturge, surtout de théurge, et s’impose d’emblée comme un théosophe considérable, un mage nanti de pouvoirs prodigieux.

On ignore aujourd'hui encore la date, le lieu de naissance et la nationalité de Martines. Certains affirment qu'il était juif sans cependant pouvoir l'établir de façon certaine. On a dit aussi qu'il était de nationalité portugaise, du fait qu'il est allé en 1772 recueillir un héritage à Saint-Domingue, et que Grainville, son fervent disciple, était originaire des Antilles. D'autres prétendent qu'il est né à Grenoble. On constate, en réalité, qu'on ne sait rien de certain de son origine. Ses activités avant 1760 sont, aussi, mal connues. Les historiens ne possèdent rien de réellement sûr. Sa piste est d'autant plus difficile à suivre qu'il a fait usage au cours de sa vie de plusieurs noms et signatures différents sur les documents officiels... Durant vingt années de 1754 à 1774, année de sa mort, Martines de Pasqually travailla sans arrêt à la construction de son Ordre des Chevaliers Maçons Elus Coëns de l'Univers. En 1754, il fonde le Chapitre des Juges Ecossais à Montpellier; en 1761, il s'affilie à la loge La Française à Bordeaux et y fonde un temple coën. Cette loge La Française devient en 1764, la Française Elue Ecossaise, pour indiquer par ce nouveau nom qu'elle possède un Chapitre de grades supérieurs. Mais la direction de l'Obédience Maçonnique abolissant en 1766 toutes les constitutions relatives aux grades supérieurs aux trois premiers (apprenti, compagnon et maître), le Chapitre se trouve suspendu. C'est en cette même année 1766 que Martines vint à Paris et fonda un temple Cohen avec Bacon de la Chevalerie, Jean-Baptiste Willermoz, Fauger d'Ignéacourt, le comte de Lusignan, Henri de Loos, de Grainville, etc. En 1767, il établit son Tribunal Souverain qui devait régenter tout l'Ordre des Elus Coëns. La rencontre avec Saint-Martin en 1768 devait avoir une grande importance pour l'un comme pour l'autre. La personnalité et l'enseignement de Martines de Pasqually firent sur Saint-Martin une impression profonde et durable. Réciproquement, Martines fut lui-même influencé par Saint-Martin. Ce dernier quitte l'uniforme en 1771 et devient le secrétaire de Martines, remplaçant dans cette tâche l’abbé Pierre Fournié. De cette époque date la mise au point des rituels ainsi que la rédaction du Traité sur la Réintégration des êtres, base doctrinale de la théosophie et de la théurgie martinésistes.

La doctrine de Martines, dont le caractère chrétien ne fait aucun doute, se présente comme la clef de toute cosmogonie eschatologique : Dieu, l’Unité primordiale, donna une volonté propre à des êtres «émanés» de lui; mais Lucifer, ayant voulu exercer lui-même la puissance créatrice, tomba victime de sa faute en entraînant certains esprits dans sa chute; il se trouva enfermé avec eux dans une matière destinée par Dieu à leur servir de prison. Puis la Divinité envoya l’Homme, androgyne au corps glorieux et doué de pouvoirs immenses, pour garder ces rebelles et travailler à leur résipiscence; c’est même à cette fin qu’il fut créé. Adam prévariqua à son tour et entraîna la matière dans sa chute; il s’y trouve maintenant enfermé; devenu physiquement mortel, il n’a plus qu’à essayer de sauver la matière et lui-même. Il peut y parvenir, avec l’aide du Christ, par la perfection intérieure, mais aussi par les opérations théurgiques qu’enseigne Martines aux hommes de désir qu’il estime dignes de recevoir son initiation : fondées sur un rituel minutieux, ces opérations permettent au disciple d’entrer en rapport avec des entités angéliques qui se manifestent dans la chambre théurgique sous forme de «passes» rapides, généralement lumineuses; ces dernières représentent des caractères ou hiéroglyphes, des signes des esprits invoqués par l’opérant, auquel les manifestations prouvent qu’il se trouve sur la bonne voie de la Réintégration.

Cette doctrine, destinée à une élite réunie sous le nom d’élus «coëns» (prêtres élus), connaîtra une fortune singulière, mais les opérations théurgiques resteront réservées aux seuls initiés. Martines n’utilise guère la franc-maçonnerie qu’afin de greffer sur elle son système. Jusqu’en 1761, on le trouve à Montpellier, à Paris, à Lyon, à Bordeaux, à Marseille, à Avignon. En 1761, il construit son temple particulier à Avignon, où il réside jusqu’en 1766. À cette époque, l’ordre des Coëns se présente comme un système de hauts grades enté sur la maçonnerie bleue. La première étape comprend trois grades symboliques auxquels s’ajoute celui de maître parfait élu; puis viennent les grades coëns proprement dits : apprenti coën, compagnon coën, maître coën, grand architecte, chevalier d’Orient, commandeur d’Orient; enfin le dernier grade, consécration suprême, celui de réau-croix. En 1768, Willermoz est ordonné réau-croix par Bacon de La Chevalerie. Saint-Martin, initié aux premiers grades vers 1765, devient commandeur d’Orient. Les années 1769 et 1770 voient les groupes coëns se multiplier très largement en France. En 1772, Saint-Martin est ordonné réau-croix.

Martines, parti la même année pour Saint-Domingue afin de toucher un héritage, devait y mourir en 1774. Par la suite, l’Ordre se désagrège. Dès 1776, les temples coëns de La Rochelle, de Marseille, de Libourne rentrent dans le giron de la Grande Loge de France. En 1777, le cérémonial n’est plus en usage, semble-t-il, que dans quelques cénacles comme Paris, Versailles, Eu. Enfin, en 1781, Sébastien Las Casas, troisième et dernier grand souverain des élus coëns (successeur de Caignet de Lester, décédé en 1778), ordonne la clôture des huit temples qui reconnaissent encore son autorité. Ni Caignet ni Las Casas n’ont joué un rôle bien important. Malgré cette clôture officielle, des élus coëns continuent à exercer la théurgie, à procéder à des ordinations. D’autre part, l’enseignement théosophique de Martines n’est pas perdu pour autant; au sein de la maçonnerie, il se répand encore longtemps après la mort de ce chef de file, grâce au système maçonnique institué par Willermoz peu après la mort de son maître.

Outre Willermoz et Saint-Martin, on connaît comme disciple de Martines l’abbé Pierre Fournié. C’est vers 1768 que ce dernier rencontre le maître qui va bouleverser de fond en comble sa destinée et auprès duquel il exercera plusieurs mois les fonctions de «secrétaire». Initié élu coën, le clerc tonsuré Fournié réside surtout à Bordeaux, où il sert d’intermédiaire entre différents membres de l’Ordre.

En 1776, Saint-Martin le dépeint comme un élu coën exceptionnellement favorisé en matière de manifestations surnaturelles; Fournié en décrira lui-même quelques-unes dans son ouvrage Ce que nous avons été, ce que nous sommes et ce que nous deviendrons (1802), en redoutant d’en dire trop. Au moment de la Révolution, Fournié émigre en Angleterre, où il restera jusqu’à sa mort; de là il correspond, de 1818 à 1821, avec le théosophe munichois Franz von Baader.


Cette biographie est une reproduction partielle de celle (en copyleft) du site http://www.la-rose-bleue.org. Il n'existe pas de portrait authentifié de Martines de Pasqually. Un autre sceau de Martines est visible à l'adresse http://www.la-rose-bleue.org/Biographies/Pasqually.html Selon les recherches de Georges C. et les élèments découverts par Friot et Michèle Nahon, à savoir un certificat de catholicité (publié cf. Bulletin de la Société Martines de Pasqually Bordeaux) ainsi que les courriers de Martinès dans l'affaire du Guers, Martinès pas plus que son père ne pouvait être juif. La troisième raison est aussi qu'à l'époque, les juifs n'avaient pas encore le droit d'être francs-maçons. Ces notions infirment l'hypothèse fantaisiste de Robert Amadou qui écrivait que Martinès était "un métèque" juif espagnol croit-on, ...(Saint-Martin Editions Le griffon d'or 1946). Quant à l'origine portuguaise qu'un auteur soupçonne parce que Martinès se serait rendu à Saint-Domingue pour percevoir un leg, elle est caduque, car l'île de Saint Domingue qui effectivement fut sous la domination portuguaise avait pour particularité d'être coupée en deux, une partie française et l'autre partie portugaise. L'endroit de séjour de Martinès, à savoir Léogane et Port au Prince était français et occupé par le régiment de Foix qui fut la pépinière des élus coën. Le leg provenait sans doute de sa branche alliée, les Collas de Mauvignié, très riches colons français de l'île, originaires de Gornac près de Bordeaux. Martinès épousa la fille Collas Marguerite Angélique, fille d'Anselme Collas le 27 aout 1767 à Gornac. Il convient aussi de faire remarquer que le terme coën, défini dans les écrits de Martinès, n'a strictement rien à voir avec le terme transformé Cohen, utilisé encore fréquemment par des groupes martinistes. Il est à noter cependant que si Martinès parlait très bien le français, il l'écrivait très mal. Son fils, selon un rapport de police, parlait très bien l'espagnol. L'hypothèse d'une origine espagnole doit donc être retenu. Les recherches faites à Grenoble par G.C. sur tous les répertoires d'état civil sur une très large période prouve que Martinès n'est pas inscrit à Grenoble. Mais il est possible que les enfants nés dans les corps militaires ne soient pas inscrits dans les registres paroissiaux. Grenoble conserve la trace d'un document indiquant que le Capitaine Pasqually y fut en garnison, mais il peut s'agir d'un homonyme, lors de la remontée des corps militaires venant d'espagne et servant dans l'armée française. De Grainville le plus fidèle des secrétaires de Martinès, Réaux-Croix est né le 21 juin 1728, dans l'isle de Bourbon, originaire de Normandie (archives historiques de l'armée de terre Chateau de Vincennes Paris). Il termina sa carrière militaire en 1780 avec le rang de lieutenant-colonel. Georges C.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Martines_de_Pasqually
Revenir en haut
Publicité

MessagePosté le: Ven 6 Juil - 03:28 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    French Conspiracy Index du Forum -> Personnalités -> Martines de Pasqually Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Igloo Theme Release v0.9 Created By: Igloo Inc. and PROX Designs in association with Kazer0 Designs.