French Conspiracy Index du Forum
French Conspiracy - Illuminati et Synarchie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer   ProfilProfil   ConnexionConnexion 

Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   



 French Conspiracy 
Histoire objective
Forum conspirationniste et athéïste



Jukebox vidéo French Conspiracy Dailymotion
Les confessions du Père Régimbald

Les publicités ci-dessous sont celles de ce que nous dénonçons : CQFD
Joséphin Péladan (1858-1918)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    French Conspiracy Index du Forum -> Personnalités -> Joséphin Péladan
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne
Inscrit le: 16 Juin 2007
Messages: 107
MessagePosté le: Ven 6 Juil - 03:50 (2007)    Sujet du message: Joséphin Péladan (1858-1918)

Joséphin Péladan, est un écrivain et occultiste français né à Lyon le 28 mars 1858 et mort à Neuilly-sur-Seine le 27 juin 1918. Il s'était approprié comme surnom : Le Sâr.



Portrait par Alexandre Séon, 1892.


Issu d'une honorable famille de cultivateurs et de commerçants, Joséphin Péladan est le fils de Louis-Adrien Péladan, journaliste à La France littéraire, fondateur de La Semaine religieuse, mystique exalté et confus, et de Joséphine Vaquier. Son frère aîné, Adrien, qui deviendra médecin et érudit, lui farcit très tôt la tête de toutes sortes de connaissances et, dès l'enfance, il voyage, à Avignon ou à Nîmes. Il manifeste un esprit indépendant qui lui vaut d'être renvoyé du lycée pour avoir traité un professeur d'athée, puis du petit séminaire de Nîmes.

Il entre comme employé au crédit Faillelle à Paris. Il voyage à Rome et à Florence où il se prend de passion pour le Quattrocento et pour Léonard de Vinci. De retour à Paris, il publie une nouvelle, Le Chemin de Damas, et entre à L'Artiste d'Arsène Houssaye. Il rencontre Léon Bloy et Paul Bourget et enthousiasme Jules Barbey d'Aurevilly qui préface son roman Le Vice suprême (1884), livre étrange pétri de romantisme et d'occultisme, qui met en scène la lutte de forces secrètes qui s'acharnent à détruire l'humanité et prend résolument le contre-pied du naturalisme de Zola « ce porc-zola, ce pourceau qui est en même temps un âne ».

Ce manifeste ouvre les portes des cénacles littéraires au jeune auteur de vingt-six ans. Son originalité plaît mais son exaltation fait sourire. Jean Lorrain le surnomme « le pélican blanc ». Plus tard on l'appellera « le Mage d'Épinal », « Platon du Terrail » ou « le Sâr pédalant ». Rodolphe Salis alla jusqu'à oser un très cruel « Artaxerfesse » qui lui valut des poursuites de l'intéressé. Il se fâche avec Léon Bloy, passe deux jours en prison pour avoir négligé de régulariser sa situation militaire et se met à publier un très grand nombre de textes.

En 1888, il publie son livre le plus connu, Istar, se parant du titre de « Sâr » et du prénom babylonien « Mérodack ». Il se décrit « drapé d'un burnous noir en poil de chameau filamenté de fils d'or, en velours vieux bleu, botté de daim, et, comme Absalon, chevelu [...] la barbe ointe d'huile de cèdre. » Sans fausse modestie, il affirme : « J'ai conquis, à force de talents, peut-être de génie, le droit de ma pensée pleine, entière, et devant tous. J'ai six mille nuits durant valeureusement aimé la langue française ; je puis tout dire en français. J'y suis burgrave sans vasselage. »

Quand il se prend de passion pour Wagner, il débarque à Bayreuth vêtu d'un habit blanc, d'une tunique bleu ciel, d'un jabot de dentelle et de bottes de daim, avec un parapluie retenu au côté par un baudrier. Si la veuve de Wagner refuse de le recevoir en cet équipage, cela ne l'empêche pas de publier les opéras de Wagner en français avec ses annotations « en matière de thérapeutique pour désintoxiquer la France de son matérialisme ».
Joséphin Péladan
Joséphin Péladan

En 1888, Péladan est le co-fondateur avec Stanislas de Guaita de l' Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix. Parmi les membres de l'Ordre, on peut relever quelques noms passés à la posterité : Papus, Erik Satie et Claude Debussy. Prétextant un refus de la magie opérative, il se sépare du groupe en 1891 pour fonder l' Ordre de la Rose-Croix Catholique et esthétique du Temple et du Graal. L'année suivante, il organise le premier Salon de la Rose-Croix du 10 mars au 10 avril 1892 à la célèbre galerie parisienne Durand-Ruel : « ce jour, l'Idéal eut son temple et ses chevaliers, et nous, Macchabées du Beau, nous allâmes apporter à Notre-Dame, aux pieds de notre Suzerain Jésus, l'hommage du temple et l'agenouillement des Rose-Croix. » C'est un très grand succès. Soixante artistes y participent et vingt mille Parisiens viennent voir, au son du prélude de Parsifal joué aux trompettes. Plusieurs Salons de la Rose-Croix seront encore organisés par la suite.

Péladan avait avant tout la religion de la beauté, qu'il enveloppait des volutes d'encens d'un mysticisme oriental. Il ambitionnait d'extirper la laideur du monde moderne, où elle s'incarnait à ses yeux dans le judaïsme affairiste et le laïcisme maçonnique.

Il s'essaye au théâtre avec Babylone (1895), Le Prince de Byzance (1896) puis Le Fils des étoiles (1898) et une trilogie, La Prométhéide, qui se voulait la suite du Prométhée d'Eschyle. Ces ennuyeuses tragédies mêlant peinture, musique, Babylone et Jésus-Christ dans une ambition de théâtre total avant la lettre, n'ont guère de succès. Il produit d'innombrables plaquettes de critique d'art, contribuant à faire connaître en France l'œuvre de Léonard de Vinci, publiant un opuscule très fin intitulé De l'androgyne, mais noircissant aussi des centaines de pages d'élucubrations oiseuses.

En définitive, Péladan renonce à ses outrances vestimentaires et vit dans la vénération de sa seconde femme; Christiane Taylor, vivant péniblement de critiques d'art « que l'ancienne ironie des badauds empêchait de remarquer » (Henry Bordeaux). En 1908, il reçoit le prix Charles Blanc de l'Académie française. Il meurt en 1918 presqu'oublié.

Œuvres


* La philosophie de Léonard de Vinci d'après ses manuscrits, Essai, Stalker Editeur (2007)
* Le Vice suprême, roman, 1884
* Curieuse, 1885
* L'Initiation sentimentale, 1887
* Isthar, 1888
* Comment on devient mage, 1891
* Babylone, tragédie, 1895
* Le Prince de Byzance, tragédie, 1896
* Œdipe et le Sphinx, tragédie en prose, 1903
* Sémiramis, tragédie en prose, 1904
* La Dernière Leçon de Léonard de Vinci, essai, 1904
* La Clé de Rabelais, 1905
* De Parsifal à don Quichotte, essai, 1906
* La Doctrine de Dante, 1908

Péladan vu par ses contemporains

« Péladan, dont le savoir était plus brillant que solide, ne tarda pas à se dérober aux discussions qui le mettaient sur la sellette. (...) Il était alors grisé par le succès de son Vice Suprème et par la curiosité qu'il éveillait dans les salons, où il s'attachait à faire sensation. Le titre de Mage ne lui suffisant plus, il se promut Sâr, ce qui signifie Roi en assyrien. »

« Il était parfumé des sept parfums correspondant aux sept planètes, mais où dominait impérieusement l'eucalyptus. Un large col de dentelles sans cravate entourait son cou, mais s'échancrait assez pour recevoir un gros bouquet de violettes; ses gants de peau grise avaient des baguettes mauves à rehauts d'or. »
Revenir en haut
Publicité

MessagePosté le: Ven 6 Juil - 03:50 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    French Conspiracy Index du Forum -> Personnalités -> Joséphin Péladan Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Igloo Theme Release v0.9 Created By: Igloo Inc. and PROX Designs in association with Kazer0 Designs.