French Conspiracy Index du Forum
French Conspiracy - Illuminati et Synarchie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer   ProfilProfil   ConnexionConnexion 

Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   



 French Conspiracy 
Histoire objective
Forum conspirationniste et athéïste



Jukebox vidéo French Conspiracy Dailymotion
Les confessions du Père Régimbald

Les publicités ci-dessous sont celles de ce que nous dénonçons : CQFD
Ordre Martiniste Traditionnel

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    French Conspiracy Index du Forum -> Franc-maçonnerie -> L'Ordre Martiniste
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne
Inscrit le: 16 Juin 2007
Messages: 107
MessagePosté le: Ven 6 Juil - 12:03 (2007)    Sujet du message: Ordre Martiniste Traditionnel

Ordre Martiniste Traditionnel

Grande Heptade de la Juridiction Française




Puisant sa source dans la vie et l’œuvre de Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803), l’Ordre Martiniste Traditionnel (O.M.T.) perpétue les enseignements traditionnels propres au Martinisme. Dépourvus de tout dogmatisme et de tout sectarisme, ces enseignements se rapportent à l’ésotérisme et à la mystique judéo-chrétienne. Privilégiant la quête intérieure, ils constituent une « voie cardiaque ».

Parrainé depuis le début du XXe siècle par l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix, l’O.M.T. est considéré de nos jours comme l’un des héritiers les plus authentiques de la Tradition martiniste. Il s'inscrit dans une filiation remontant jusqu’à Louis-Claude de Saint-Martin, également connu sous le pseudonyme de « Philosophe Inconnu ».

Ce site a pour but de présenter le Martinisme à tous ceux qui s’intéressent à la spiritualité, à la philosophie et au mysticisme.

1. Un mystérieux fondateur - 2. E. Swedenborg - 3. La Kabbale
4. M. de Pasqually franc-maçon - 5. Un rite judéo-chrétien - 6. La doctrine de la réintégration
7. Les grades cohens - 8. La théurgie - 9. La prière - 10. L'entrée en sommeil
11. Les disciples - 12. Les Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte - 13. La voie cardiaque.


1 – Un mystérieux fondateur, Martines de Pasqually


L’Ordre des Élus-Cohens relève de ce que l’on appelle les « hauts-grades maçonniques ». Ces grades sont apparus dans la Franc-Maçonnerie au XVIIIe siècle. Entre 1740 et 1773, ils prolifèrent avec une certaine anarchie. Certains systèmes de hauts grades se constituent en Ordres indépendants. C’est le cas en France vers 1754 avec l’Ordre des Chevaliers Maçons Élus-Cohens de l’Univers de Martinès de Pasqually (1710?-1774).

Bien que depuis quelques dizaines d’années on connaisse beaucoup mieux la genèse des divers systèmes de hauts-grades et la biographie de leurs fondateurs, il n’en est pas de même pour l'Ordre des Élus-Cohens. Les origines de son promoteur, Martinès de Pasqually, restent encore mystérieuses. Plusieurs auteurs comme René Leforestier (1858-1951) et Gérard Van Rijnberk (1875-1953) ont tenté d'en percer les secrets. Depuis, peu de découvertes importantes son venues s'ajouter à leurs travaux, si ce n'est celle de l'acte d'inhumation de Martinès par Jean Pinasseau en 1969 et celles de Christian Marcenne en 1996 à propos de sa carrière militaire.


La vie de Martinès de Pasqually reste encore voilée de mystères. Son père était espagnol, né à Alicante. Certains historiens pensent qu’il descendait des Marranes, mais aucun élément ne permet de l'affirmer. On dit Martinès de Pasqually natif de Grenoble, dans la paroisse Notre-Dame. Cependant, sa date exacte de naissance reste inconnue, étant donné que son acte de baptême reste introuvable. Les récentes découvertes de Christian Marcenne permettent de situer sa naissance vers 1710.

Le nom même de Martinès de Pasqually reste imprécis. En effet, il en varia l'orthographe et la composition plusieurs fois. Ainsi utilise-t-il parfois le nom de Joachim Dom Martinès de Pasqually, ou celui de Jacques Delivon Joacin Latour de La Case. Nous nous contenterons ici d'employer celui qui lui est généralement attribué : Martinès de Pasqually. Que fut sa jeunesse, nous l'ignorons encore. On ne sait rien sur ce que furent ses études et sa formation. Ses lettres montrent qu'il maniait fort mal la langue française. Certains rituels Élus-Cohens sont écrits entièrement en latin – ex. le De Circulo –, et la plupart des autres comportent des citations latines. Il est donc possible qu’il possédait une culture classique. D’après les documents déposés par Martinès chez Perrens fils, notaire à Bordeaux, il ressort qu’il a exercé la profession de militaire pendant une dizaine d’années, avec le grade de lieutenant. En 1737, il sert en Espagne, dans la compagnie du régiment d’Edimbourg-Dragons, commandé par son oncle, Dom Pasqually. En 1740, il est en Corse, où il participe à l’intervention française sous le commandement du marquis de Millebois. En 1747, il est au service de l’Espagne et combat en Italie.

2 – Emmanuel Swedenborg et Martinès de Pasqually

Papus, dans son livre Martinisme Willermosisme - Martinisme et Franc-Maçonnerie (1899), affirme que Martinès avait été initié par Emmanuel Swedenborg à Londres et chargé de répandre en France le système dont le voyant suédois était le créateur. Papus, qui voulait que Swedenborg soit le créateur des Hauts Grades maçonniques, va jusqu'à dire que nous devons voir dans le Martinisme un Swedenborgisme adapté. Papus eut tort d'accorder crédit à une information qu'il puisa dans l'Othodoxie Maçonnique (1853) de Ragon. Ce dernier avait reprit, sans les contrôler, les éléments donnés par Marcello Reghellini dans La Maçonnerie considérée comme le résultat des religions égyptienne juive et chrétienne (1833). Cet auteur a dressé une biographie assez fantaisiste du fondateur des Élus-Cohens. D’après lui, Martinès serait d'origine allemande et serait mort centenaire. Il ne fait pas de Martinès un disciple de Swedenborg, mais indique que c'est ce philosophe suédois qui lui donna l'idée de créer un rite se rapportant à la théosophie biblique et chrétienne. On peut s'étonner que Ragon et Papus aient manqué à ce point d'esprit critique, car une étude, même rapide, des idées de Pasqualy et de Swedenborg montre qu'elles n'ont rien en commun.

Reghellini prétendait également que « le matériel lui a été fourni par les juifs talmudistes et par les chrétiens de Saint Jean, qui vivaient dans les lieux d'Orient qu'il avait visités pendant sa jeunesse ». Il parle des voyages de Martinès de Pasqually en Turquie, en Arabie et en Palestine, sans toutefois citer aucune source. Il faut avouer que Martinès, dans ses écrits et ses correspondances, n'a jamais fait état de tels voyages. Il semble donc impossible d'accorder le moindre crédit aux affirmations fantaisistes de Reghellini.

Le père de Martinès était franc-maçon. Il possédait une patente stuartiste qui lui fut accordée le 20 mai 1738. Cette Charte était transmissible à son fils. La carrière maçonnique du père de Martinès est assez floue. Il semble avoir été vénérable d'une loge à Aix en 1723. Dans ses lettres, Martinès de Pasqually parle parfois de l’origine des « quelques connaissance que mes prédécesseurs m’ont transmis ». C'est probablement de son père que Martinès reçut l'essentiel de sa formation mystique. Mais il dit aussi, « la Sagesse m'a enseigné », ce qui semble montrer que son savoir vient aussi de sa propre expérience spirituelle. Martinès adapta ses connaissances à son époque et au cadre qu'il avait choisi pour le diffuser, la Franc-Maçonnerie. L'étude de ses écrits, instructions, rituels etc, montre qu'il connaissait parfaitement la Bible et particulièrement l'Ancien Testament, qu'il cite fréquemment avec cependant de fréquents ajouts. Ces éléments, souvent empruntés à la tradition talmudique, montrent qu'il connaissait bien la religion de ses ancêtres.

2 – Emmanuel Swedenborg et Martinès de Pasqually


Papus, dans son livre Martinisme Willermosisme - Martinisme et Franc-Maçonnerie (1899), affirme que Martinès avait été initié par Emmanuel Swedenborg à Londres et chargé de répandre en France le système dont le voyant suédois était le créateur. Papus, qui voulait que Swedenborg soit le créateur des Hauts Grades maçonniques, va jusqu'à dire que nous devons voir dans le Martinisme un Swedenborgisme adapté. Papus eut tort d'accorder crédit à une information qu'il puisa dans l'Othodoxie Maçonnique (1853) de Ragon. Ce dernier avait reprit, sans les contrôler, les éléments donnés par Marcello Reghellini dans La Maçonnerie considérée comme le résultat des religions égyptienne juive et chrétienne (1833). Cet auteur a dressé une biographie assez fantaisiste du fondateur des Élus-Cohens. D’après lui, Martinès serait d'origine allemande et serait mort centenaire. Il ne fait pas de Martinès un disciple de Swedenborg, mais indique que c'est ce philosophe suédois qui lui donna l'idée de créer un rite se rapportant à la théosophie biblique et chrétienne. On peut s'étonner que Ragon et Papus aient manqué à ce point d'esprit critique, car une étude, même rapide, des idées de Pasqualy et de Swedenborg montre qu'elles n'ont rien en commun.

Reghellini prétendait également que « le matériel lui a été fourni par les juifs talmudistes et par les chrétiens de Saint Jean, qui vivaient dans les lieux d'Orient qu'il avait visités pendant sa jeunesse ». Il parle des voyages de Martinès de Pasqually en Turquie, en Arabie et en Palestine, sans toutefois citer aucune source. Il faut avouer que Martinès, dans ses écrits et ses correspondances, n'a jamais fait état de tels voyages. Il semble donc impossible d'accorder le moindre crédit aux affirmations fantaisistes de Reghellini.

Le père de Martinès était franc-maçon. Il possédait une patente stuartiste qui lui fut accordée le 20 mai 1738. Cette Charte était transmissible à son fils. La carrière maçonnique du père de Martinès est assez floue. Il semble avoir été vénérable d'une loge à Aix en 1723. Dans ses lettres, Martinès de Pasqually parle parfois de l’origine des « quelques connaissance que mes prédécesseurs m’ont transmis ». C'est probablement de son père que Martinès reçut l'essentiel de sa formation mystique. Mais il dit aussi, « la Sagesse m'a enseigné », ce qui semble montrer que son savoir vient aussi de sa propre expérience spirituelle. Martinès adapta ses connaissances à son époque et au cadre qu'il avait choisi pour le diffuser, la Franc-Maçonnerie. L'étude de ses écrits, instructions, rituels etc, montre qu'il connaissait parfaitement la Bible et particulièrement l'Ancien Testament, qu'il cite fréquemment avec cependant de fréquents ajouts. Ces éléments, souvent empruntés à la tradition talmudique, montrent qu'il connaissait bien la religion de ses ancêtres.

3 – La kabbale

Bien qu’il soit erroné d’assimiler le Martinisme à la kabbale, le système de Martinès de Pasqually possède une certaine affinité avec le fonds général de la mystique juive. Par son père, Martinès est d'origine espagnole. Or, les kabbalistes étaient très présents en Espagne. Il est donc tout à fait possible qu’il ait côtoyé les kabbalistes espagnols. Martinès disait tenir ses connaissances d'un héritage ésotérique dont sa famille était en possession depuis trois cent ans. Sa famille aurait reçu ces documents de l'Inquisition, dont quelques-uns des membres de sa famille avaient fait partie. Nous ne savons hélas rien sur cet héritage. S'agit-il de documents renfermant des connaissances et des pratiques dont Martinès s'est fait le dispensateur, ou cet héritage lui venait-il d'une société initiatique à laquelle appartenait sa famille ? Jean-Baptiste Willermoz disait que Martinès avait succédé à son père qui vivait en Espagne ! Cette remarque laisse entendre qu'il exista probablement un petit groupe de « pré-Cohens » à l'époque du père de Martinès. Quoi qu'il en soit, l'Ordre constitué par Martinès est véritablement une création, ou au moins une réactualisation, puisqu'à la lecture des diverses correspondances du Maître avec ses disciples on assiste à la genèse d'un Ordre, qui même au moment de la mort de son fondateur n'est pas encore totalement opérationnel.

A la lecture du Traité sur la Réintégration des Êtres, le texte dans lequel Martinès a résumé l'ensemble de sa doctrine, on constate des éléments qui enrichissent les récits du Traité trouvent leur source dans de la littérature talmudique, rabbinique et kabbalistique. Bien des détails relèvent aussi de l'ésotérisme judéo-chrétien propre au christianisme primitif. On aurait donc tort de faire de Martinès un kabbaliste, car sa philosophie, tout comme sa théurgie ne sont pas spécifiquement kabbalistes. Elles doivent être classées davantage dans un christianisme qui a plus à voir avec le christianisme primitif qu'avec la religion catholique romaine, même si Martinès se réclame de cette dernière. En effet, Martinès pense comme un chrétien d'avant le premier Concile. Pour lui, le Christ est un prophète qui s'est incarné à travers le temps sous différent noms, de plus, il a une conception angélologique du Christ, autant de positions qui sont caractéristiques du judéo-christianisme. Si les divers mouvements judéo-chrétiens qui constituent la source du christianisme ont été marginalisés au sein de l'Eglise après les premiers Conciles, il n'en reste pas moins vrai que certains ont subsisté assez longtemps. Il est possible qu'une survivance judéo-chrétienne ait subsisté en Espagne et que Martinès soit l’un de ses descendants.

Selon les écrits de Martinès, la science des Élus-Cohens trouve son origine dans les instructions que Seth, le troisième fils d'Adam, aurait reçu d'un ange. Cette science enseigne la manière de conduire les rites propres à permettre à l'homme de se réconcilier avec Dieu. Les descendant de Seth et d'Enoch pervertirent cette connaissance, au point qu'elle était devenue inutilisable. Noé fut alors instruit sur cette science qui, depuis, se serait transmise jusqu'aux Élus-Cohens. Martinès prétendait que les rites perpétués par les Élus-Cohens venaient de cet héritage..

4– Martinès de Pasqually franc-maçon.


Martinès de Pasqually définit ainsi sa mission, « je ne suis qu'un faible instrument dont Dieu veut bien, indigne que je suis, se servir, pour rappeler les hommes mes semblables à leur premier état de maçon, afin de leur faire voir véritablement qu'il sont réellement hommes-Dieux, étant créés à l'image et à la ressemblance de cet Etre tout-puissant ». Martinès de Pasqually est franc-maçon et fréquente les loges du sud de la France. Il estime cependant que la Franc-Maçonnerie de son époque est « apocryphe », c'est-à-dire d'une authenticité douteuse, et propose de la ressourcer autour d’une doctrine particulière. Ses activités maçonniques débutent en 1754 à Avignon, Marseille et plus particulièrement à Montpellier, où il aurait fondé le chapitre des Souverains Juges Ecossais. A la fin de l’année 1760, il se présente à la loge Saint Jean des trois loges réunies, située à l'orient de Toulouse. Martinès expose à ses frères toulousains une sorte de « plan parfait » de la Franc-Maçonnerie et ses projets d'établir l'ancien et le nouveau temple des « Chevaliers Lévites, des Cohenim-Leviym et des Élus Coëns ». Les frères de Toulouse se montrent septiques, Martinès de Pasqually a alors l'imprudence de se laisser entraîner dans une démonstration de ses pratiques théurgiques pour satisfaire leurs exigences. Hélas, la démonstration tourne court. Après deux essais infructueux, notre théurge est remercié et on l'invite à quitter les lieux. Les responsables de la loge toulousaine, qui avaient déjà souffert des manœuvres de plusieurs aventuriers, préférèrent ne pas pousser l'expérience plus loin.

A Foix, Martinès aura plus de chance, et c'est dans la loge Josué du régiment de cette ville qu’il va recruter ceux qui seront ses premiers disciples, le lieutenant-colonel de Grainville et le capitaine des grenadiers Champoléon. Là, il fonde un chapitre, le Temple des Élus-Cohens. Mais c'est à Bordeaux que commence réellement l'histoire de cet Ordre. Martinès, qui suit le régiment de Foix, alors en garnison au Château-Trompette de Bordeaux, s'y installe en avril 1762. Il y établit son Tribunal Souverain, c'est-à-dire le centre des activités de l’Ordre des Chevaliers Maçons Élus-Cohen de l’Univers. Il intéresse bientôt un jeune officier, le sous-lieutenant de grenadiers, Louis-Claude de Saint-Martin.

Les voyages de Martinès à Paris lui permettent également de former d'autres disciples, Bacon de la Chevalerie, le comte de Lusignan, du Gers, Henri de Loos et Jean-Baptiste Willermoz, qui se trouve alors dans la capitale pour ses affaires personnelles. L'Ordre s'étend rapidement à Paris, Versailles, Lyon, Grenoble, la Rochelle, Strasbourg... L'abbé Fournié (1738-1825), disciple de la première heure, nous renseigne sur la manière dont Martinès recrutait ses disciples. « Dieu m'accorda la grâce de rencontrer un homme qui me dit familièrement : "vous devriez venir nous voir, nous sommes de braves gens : vous ouvrirez un livre, vous regarderez au premier feuillet, au centre et à la fin ; lisant seulement quelques mots, et vous saurez tout ce qu'il contient : vous voyez marcher toutes sortes de gens dans la rue ; hé bien ! ces gens là ne savent pas pourquoi ils marchent, mais vous vous le saurez". Cet homme dont le début avec moi semble extraordinaire, se nommait Don Martinets de Pasqually ».

5 – Un rite judéo-chrétien

L'Ordre fondé par Martinès de Pasqually est une société initiatique mystique. Il est structuré autour d’un système théosophique très particulier dont les origines sont énigmatiques. Sa mystique est chrétienne, mais dans un sens particulier, car son christianisme est teinté d’un judéo-christianisme assez proche du christianisme des premiers temps.



La mystique de Martinès n'est pas une simple spéculation, elle conduit à une pratique. Cette mise en œuvre s'appuie sur une magie divine, une théurgie. Elle vise à amener l'homme, par purifications successives, à la communication la plus haute avec le monde des esprits. D'abord avec son compagnon fidèle, l’ange personnel de l’Initié, puis avec les esprits des mondes supérieurs, pour enfin entrer en relation avec ce qu'il nomme mystérieusement « La Chose », l'Innommable.


6 – La doctrine de la Réintégration


Martinès de Pasqually ne prétendait pas être le créateur de l’Ordre qu’il instituait, mais se présentait comme étant l'un de ses sept Souverains dirigeants. Contrairement aux divers systèmes de hauts grades maçonniques, qui manquent souvent d'unité doctrinale, celui de Martinès se développe autour d'une doctrine précise, celle de la Réintégration. On peut la trouver dans son Traité sur la Réintégration des Etres dans leur première propriété, vertu et puissance spirituelle divine, un texte d’instruction qu’il réservait à ses disciples les plus avancés. Ce texte a été édité en 1899 sous la forme d’un livre paru chez Paul Chacornac. Plus récemment, en 1993, Diffusion Rosicrucienne en a édité une version plus fiable d’après l’exemplaire manuscrit de Louis-Claude de Saint-Martin. Le Traité de Martinès est un midrach judéo-chrétien. Il commente la Bible en apportant des développements ésotériques.

On peut résumer ainsi le propos du Traité. Avant les temps, Dieu émane de Lui des êtres libres. Certains d’entre eux veulent exercer eux-mêmes la puissance créatrice. Dieu les écarte donc de Lui en les enfermant dans la matière qu’il crée à cet effet pour leur servir de prison.

La Divinité émane alors l’Homme, un androgyne au corps de lumière qu’Il dote des pouvoirs appropriés et qu’Il envoie garder les esprits rebelles pour les amener à leur résipiscence. Cependant, l’Homme chute à son tour et se trouve alors enfermé dans un corps de chair. Il garde cependant la même mission mais doit d’abord réintégrer sa position glorieuse avant de pouvoir la mener à bien. Ne disposant plus des même pouvoirs, il en est réduit à utiliser un culte extérieur, la théurgie, pour en appeler à des « agents intermédiaires », les anges restés fidèles. Ces évocations théurgiques nécessitent de longues préparations et sont réservées uniquement aux membres les plus élevés dans la hiérarchie de l'Ordre des Élus-Cohen, c'est-à-dire aux Réaux-Croix.

Sans entrer dans les détails, d’une doctrine complexe, nous dirons qu’elle part du principe que l'homme est en état d'exil et qu'il est privé, depuis un drame cosmique, de la communication directe avec Dieu. Cet état d'exil implique pour lui la nécessité de recourir à des « agents intermédiaires » pour communier à nouveau avec Dieu et retrouver son état de gloire passé. En effet, selon Martinès, l'homme, dans son état présent, ne peut plus communiquer intérieurement avec Dieu. Il doit donc user d'une communication externe et employer pour cela des agents intermédiaires. Ces agents sont des êtres angéliques que l'homme peut appeller au moyen de rites appropriés, d'opérations théurgiques. Ces évocations théurgiques nécessitent cependant de longues préparations, et étaient réservées aux membres les plus avancés de l'Ordre des Élus-Cohen, c'est-à-dire aux Réaux-Croix.
Revenir en haut
Publicité

MessagePosté le: Ven 6 Juil - 12:03 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne
Inscrit le: 16 Juin 2007
Messages: 107
MessagePosté le: Ven 6 Juil - 12:31 (2007)    Sujet du message: Ordre Martiniste Traditionnel

7 – Les grades Cohens

Chaque degré met en scène et fait vivre à l'Initié les divers épisodes de la vie de l'homme : son émanation dans l’Immensité divine, la mission primitive donnée à l’homme, la chute d’Adam dans le monde de la matière et sa remontée à travers les sphères célestes. Décrire cette hiérarchie n'est pas chose facile, car elle a évolué au fur et à mesure où Martinès structurait son rite. De plus, les différents grades portent plusieurs noms, ce qui complique la tâche. Les catéchismes propres à chaque degré ou encore les Statuts des Chevaliers Élus Coëns de l'Univers et le Cérémonial des initiations, ne proposent pas tous la même division.

René Leforestier, Papus, Gérard Van Rijnberk, Robert Ambelain et Robert Amadou n'ont pas tous retenu la même hiérarchie. Roger Dachez, dans le revue Renaissance Traditionnelle, a publié une étude concernant la genèse des grades Cohens à laquelle nous renvoyons le lecteur. Sans nous attarder sur les divers systèmes, nous proposons ici celui qui semble la plus réaliste.

La hiérarchie Cohen débute par les trois grades « bleus », Apprenti, Compagnon et Maître, le plus souvent donnés en une seule cérémonie. Suivent les degrés de Maître Parfait Elu (ou Grand Elu sous la bande noire), d'Apprenti Elu-Cohen (ou Fort marqué), de Compagnon Elu-Cohen (ou Double fort marqué), de Maître Elu-Cohen (ou Triple fort marqué, ou encore Maître écossais). Nous trouvons ensuite ceux de Grand Maître Cohen (ou Grand architecte), de Grand Elu de Zorobabel, (ou Chevalier d'Orient), et de Commandeur d'Orient (ou Apprenti Réau-Croix). La hiérarchie de l'Ordre est couronnée par un degré suprême, celui de Réau-Croix (ou R+). Les membres de ce dernier degré participent à un travail mystique basé essentiellement sur la théurgie.
La hiérarchie de l'Ordre conduit l’initié à une gradation de purifications du corps, de l'âme et de l'esprit propres à le rendre sensible aux bonnes influences spirituelles, plus particulièrement par l'intermédiaire de son guide, son esprit compagnon, son « ange gardien ». Lorsque le Cohen a réalisé cette jonction, son esprit compagnon lui ouvre les portes du monde surcéleste qui conduit au Monde divin, à l’Immensité Divine.
L'Ordre des Élus-Cohens est dirigé par un collège de direction, le Tribunal Souverain, composé de Réaux-Croix. Ses membres portent le titre de Souverains Juges et font suivre leur signature des lettres S.J. Au XVIIIe, le « I » et le « J » écrits en majuscules ont le même graphisme, et cette similitude a entraîné quelques historiens à confondre les « S.J. » de Martinès avec les « S.I. » du Baron Hund. Le titre de S.I. n'a jamais fait partie de la hiérarchie Cohen.


8 – La théurgie


Les Réaux-Croix pratiquent la théurgie. Quelle est donc cette mystérieuse science ? Selon l'étymologie, le mot théurgie vient du grec theos, Dieu, et ergon, ouvrage. La théurgie est donc « l'ouvrage de Dieu ». Au IIIe siècle, Jamblique l’a introduit dans la philosophie, comme adjuvant à la sagesse purement spéculative dont se contentait ses prédécesseurs. Il considérait la théurgie comme une magie supérieure, visant non pas à obtenir des bienfaits matériels, mais à réaliser progressivement l'union mystique avec la Divinité. La théurgie de Martinès a les mêmes objectifs : elle a pour but de mettre l'homme en relation avec le Divin en utilisant des intermédiaires devenus nécessaires depuis la chute de l'homme, les « anges », ou plutôt, pour coller au langage martiniste, aux esprits célestes et surcélestes. La théurgie de Martinès vise essentiellement à obtenir les bénédictions des esprits bons. Elle a aussi pour but d'exécrer, de conjurer les esprits mauvais, pour chasser leurs influences mauvaises qui tendent sans cesse à éloigner l'homme de sa mission.

Appeler les esprits bons, éloigner les mauvais, nécessite de connaître leurs noms, leurs jours d'influence et les heures propices pour les interpeller à l'aide du rite approprié. Pour ce faire, Martinès confiait à ses émules Réaux-Croix, un répertoire contenant les noms, les hiéroglyphes secrets de 2400 esprits, et de multiples recommandations sur les périodes favorables aux opérations, comme les équinoxes ou les phases lunaires les plus bénéfiques. Le rituel préconisé par Martinès est extrêmement complexe à mettre en œuvre ; il réclame un lieu spécialement aménagé. Sur le sol on dessine le tableau figuratif de l'opération, un pantacle composé de cercles concentriques, de triangles et de quarts de cercles reliés aux cercles principaux. L'adepte doit prendre grand soin de dessiner les hiéroglyphes des esprits avec lesquels il désire opérer. Sur ce pantacle on place, à des points précis, des bougies dont le nombre peut aller jusqu'à plusieurs dizaines. Avant d'opérer, le disciple doit prendre soin de se livrer aux jeûnes et purifications nécessaires à l'accomplissement du culte magique.



En dehors de ces éléments que l'on retrouve dans de nombreuses pratiques anciennes, il faut souligner le caractère mystique de la théurgie de Martinès. En effet, à la lecture de ses rituels, on est surpris de l'importance qu'y occupent les prosternations, les prières, souvent extraites des Psaumes. La théurgie de Martinès ne cherche pas à diriger des forces sur quelqu'un ou à obtenir des avantages. Ce n'est pas une « magie pratique » orientée vers les petits soucis du quotidien ; c'est une sainte magie dont l'objet est l'union mystique. Tout, dans la théurgie Cohen, conduit à cette rencontre entre le visible et l'invisible. Dans cette pratique l'invisible, la Chose, se manifeste par une influence spirituelle que les Cohens appellent intellect, une manifestation émanée de Dieu ou de Ses anges.

Cet intellect ne prend jamais une forme corporelle, il se manifeste soit par un son distinct qu'il occasionne dans l'air, soit par une voix lente que les Cohens nomment « la conversation secrète entre l'âme et l'intellect ». Le plus souvent, il exprime sa présence par un hiéroglyphe lumineux. Les Élus-Cohens appelaient ces diverses manifestations des « passes ». Les instruction secrètes, les rituels Cohens et les correspondances entre Martinès et ses disciples montrent la difficulté de telles opérations. A leur lecture, on peut se demander combien furent ceux qui purent rassembler les conditions préconisées par le Souverain Grand Maître des Élus-Cohens, conditions qu'ils seraient impossible de réunir à un homme vivant à l'époque moderne. A la lecture des textes de Martinès de Pasqually, on peut se demander aussi si ces travaux n’étaient pas finalement uniquement une préparation extérieure destinées à conduire le disciple vers une communion plus intérieur avec le Divin. En effet, pour Martinès le lieu privilégié de la rencontre avec le Divin reste le cœur de l’homme, car c'est dans ce tabernacle qu’il peut recevoir les plus grandes satisfactions ainsi que les plus grandes faveurs que le Créateur lui envoie.

9 – La prière

Les Cohens devaient être des chrétiens pratiquants et plusieurs disciples protestants se convertiront au catholicisme pour se conformer à la règle. Lors de son initiation au degré apprenti, le Cohen devait prendre plusieurs engagements : le premier était de garder secrets les mystères de l'Ordre, le second d'être fidèle à la sainte religion Catholique apostolique et romaine. Avant de pratiquer les rites théurgiques, les Élus-Cohens devaient assister à une messe. Ils devaient aussi s’adonner fréquemment à la prière, en particulier à la Prière des six heures, une pratique spirituelle effectuée toutes les six heures (six heures du matin, midi, dix-huit heures et minuit). Ces prières, composées en partie par Martinès, comprenaient des lectures des Psaumes, des invocations « du saint nom de Jésus », le Pater, l'Ave Maria, ainsi que des suppliques adressées à l'ange gardien. A ces prière quotidiennes s'ajoutait aussi la « Prière qu'il faut faire quand on est couché et prêt à s'endormir ».

Pour un Cohen, il était également nécessaire de dire les sept Psaumes de Pénitences au moins à chaque renouvellement de Lune, ou tous les jours suivant les périodes de travail, de dire l'Office du Saint Esprit tous les jeudis, de réciter le Misere, debout face à l'Orient, et le De Profundis, face contre terre. Plus le disciple avançait dans la hiérarchie, plus les obligations, prières, jeunes, abstinences augmentaient. Comme on peut le constater, la vie d'un Cohen était bien remplie et demandait une disponibilité totale. Elle n'avait rien à envier à celle d'un moine.

La magie de Martinès était une « sainte magie », ayant pour but de conduire le disciple à une vie spirituelle de plus en plus intense. L'abbé Pierre Fournier nous indique que les instructions journalières de Martinès « étaient de nous porter sans cesse vers Dieu, de croître de vertus en vertus, et de travailler pour le bien général ; elles ressemblaient exactement à celles qu'il paraît dans l'évangile que Jésus-Christ ». D’Hauterive, dans une lettre du Fonds Du Bourg, précise le travail d’un Cohen en ces termes : « La réjection continuelle de la pensée mauvaise, la prière et les bonnes œuvres : voilà les seul moyens d’avancer dans la découverte de toutes les vérités, et, ce qui est encore au-dessus, la pratique de toutes les vertus ». L'exigence de telles pratiques rebutera de nombreux disciples venus chercher le merveilleux et peu enclins à suivre des règles aussi contraignantes.

10 – L'entrée en sommeil

A son arrivée à Bordeaux, même s’il vit modestement, Martinès de Pasqually ne semble pourtant pas manquer d'argent. Cependant, ses affaires semblent empirer, et en 1769, il a 1200 livres de dettes. Le port de Bordeaux est spécialisé dans le commerce du sucre avec Haïti, et il est probable que le fondateur des Élus-Cohens avait lui-même des intérêts sur cette île. Ses beaux-frères s’y étaient installés. En 1772, il décide de partir pour Saint-Domingue pour le recouvrement d'une petite succession qu'il avait eu d'un de ses parents décédé là-bas. Il espérait qu'après ses affaires matérielles seraient plus prospères. Depuis Haïti, il continue d’envoyer ses instructions à ses disciples.
Hélas, le Maître ne rentra jamais de voyage, car il mourut le 24 septembre 1774 à Saint-Domingue. Quelque temps avant sa mort, il avait nommé Cagnet de Lestère, l'un de ses disciples d'Haïti, pour diriger l'Ordre des Élus-Cohen. Mais ce dernier mourut lui-même en décembre 1779. Son successeur, Sébastien de Las Casas, rentra en France en novembre 1780 et mit officiellement en sommeil un Ordre qui, depuis la mort de son fondateur, s'éteignait de lui-même. Martinès de Pasqually n’avait pas consigné par écrit le rituel d’initiation au degré suprême de l’Ordre, celui des Réaux-Croix, par conséquent, ses disciples étaient dans l’impossibilité d’assurer la pérennité de l’Ordre. Par ailleurs, beaucoup de ses membres s’étaient éloignés de pratiques théurgiques trop complexe pour s’enrôler dans mesmérisme, plus particulièrement depuis que le marquis de Puységur avait découvert en 1784 le somnambulisme, qui par l’intermédiaire d’un médium permettait d’enter en contact avec l’autre monde.

Inévitablement, tous ceux qui se sentaient portés vers les sciences de l'invisible, et au premier plan les Élus-Cohens, furent séduits par le somnambulisme. Jean-Baptiste Willermoz n'échappa pas à l'engouement général, et il est probable que cette pratique soit pour beaucoup dans la chute de l’Ordre des Élus-Cohens. En effet, avec le somnambulisme, plus besoin d’ascèse et de rites compliqués pour communiquer avec l’invisible : il suffit de plonger un patient dans le sommeil magnétique et de l’interroger. La pratique montrera hélas que les choses ne sont pas si simples, et Jean-Baptiste Willermoz, qui dans cette mouvance créa la Société des Initié (1785), en fera les frais entre avril 1785 et octobre 1788. Il se rangera ensuite parmi les Martinistes qui, comme Rodolphe Salzmann et Louis-Claude de Saint-Martin, pensaient qu’il est dangereux de vouloir soulever le voile de l’autre monde sans faire un travail de sanctification.

11 – Les disciples

L'Ordre des Élus-Cohen ne comporta jamais un grand nombre de membres. Il compta cependant, quelques femmes, chose rare pour un rite maçonnique à l’époque. Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803) fut initié dans cet Ordre en 1765. Dès 1771, il quitta la carrière militaire pour se livrer totalement à ses activités spirituelles. Il devint ainsi le secrétaire personnel de Martinès de Pasqually. Le chef des Élus-Cohen reconnaissait en effet dans ce jeune homme brillant un disciple prometteur, capable de l'aider à organiser le travail déjà entrepris. La collaboration de Saint-Martin fut donc précieuse à Martinès de Pasqually, qui grâce à son aide, réussit à améliorer l'organisation de l'Ordre. Quelques années plus tard, en 1772, il parvint au plus haut degré, celui de Réaux-Croix.

Jean-Baptiste Willermoz (1730-1824), négociant en soieries à Lyon, fut un membre éminent de l’Ordre. Initié dans la Franc-Maçonnerie en 1750, alors qu’il n’a que vingt ans, il occupa rapidement une place importante dans la Franc-Maçonnerie lyonnaise. Il entra chez les Élus-Cohens et devint un disciple zélé. S’il fut séduit par les enseignements de Martinès de Pasqually, il fut quelque peu déçu par les capacités d’organisateur de ce dernier. En effet, l’Ordre des Élus-Cohens était encore en pleine gestation, et son fondateur n’en finissait pas d’écrire les rituels et les instructions destinés au fonctionnement des loges. Jean-Baptiste Willermoz pratiquera la théurgie avec assiduité pendant des années avant d’en retirer quelques fruits

12 – Les Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte

Après la disparition de Martinès de Pasqually, les deux disciples que nous venons d’évoquer tentent, chacun à leur manière, de poursuivre le travail de leur Maître. Le premier, Jean-Baptiste Willermoz, intègre la doctrine de la Réintégration dans le rite maçonnique de la Stricte Observance Templière allemande du baron Carl Gotthelf von Hund (1722-1776), Ordre avec lequel il était en relation depuis quelques années. En 1778, lors d’un convent, cet Ordre se réorganise en adoptant cette doctrine et devient celui des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte. Jean-Baptiste Willermoz rédige pour les degrés supérieurs de cet Ordre, ceux de Profès et de Grand Profès, des instructions qui présentent, sans la nommer directement, la doctrine de Martinès. Cependant, Willermoz ne transmet pas les enseignements théurgiques de Martinès aux Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte. Lors du convent de Wilhemsbad, en 1782, la réforme est adoptée : c’est la naissance du Rite Écossais Rectifié.


Le mausolée du 3e grade de Chevalier Bienfaisant de la Cité Sainte, avec cette citation : Deponit Aliena Ascendit Unus.

Ce rite ne survivra guère à la Révolution française, et avant même la disparition de Jean-Baptiste Willermoz en 1824, il entre en sommeil en France. Il connaît cependant une survivance en Suisse qui permettra à Edouard de Ribaucourt et à Camille Savoire de le faire revivre en France la veille de la première Guerre mondiale.

13 – La voie cardiaque

La pensée de Martinès de Pasqually trouve aussi une continuité hors de la Franc-Maçonnerie à travers Louis-Claude de Saint-Martin. Il abandonne la théurgie, la voie externe, au profit d’une démarche plus intérieure. En effet, après des années de pratique, il juge la théurgie dangereuse, et peu sûre pour trouver le Divin. L'outil et le creuset de l’évolution spirituelle de l’homme doit être, selon Saint-Martin, le cœur de l'homme. Il veut « entrer dans le cœur du Divin et faire entrer le Divin dans son cœur ». C'est dans ce sens que l'on appelle la voie préconisée par Saint-Martin la voie cardiaque. L'évolution de l'attitude de Saint-Martin est due en partie à sa découverte de l'œuvre de Jacob Boehme, dont il s’attacha à traduire les œuvres en français pour les publier. Elle est aussi le résultat logique d’un penchant naturel pour l’introspection. Cependant, les enseignements de Pasqually eurent sur Louis-Claude de Saint-Martin une influence profonde, et il conserva toute sa vie un grand respect pour celui qu'il appelait « son premier instructeur ». Les livres qu’il écrivit sous le nom de Philosophe Inconnu, depuis Des Erreurs et de Vérité en 1775, Le Tableau Naturel en 1782, L’Homme de désir en 1790 ou Le Nouvel Homme en 1792… jusqu’à son dernier livre, Le Ministère de l’Homme-Esprit, publié en 1802, sont tous marqués de la doctrine de Martinès de Pasqually.

Louis-Claude de Saint-Martin aurait transmit une initiation à quelques disciples choisis mais ne créa pas d'organisation initiatique. De toute manière, avec la Révolution française la plupart des loges maçonniques étaient tombées en sommeil et l’époque n’était pas favorable à la création d’un mouvement initiatique. Autour de lui, se constitua un groupe informel, auquel certaines lettres de ses amis font allusion en 1795 sous le nom de « Cercle Intime », « Société des Intimes ». Balzac, dans Le Lys dans la Vallée, témoigne de l'existence de ce groupe de disciples : « amie intime de la Duchesse de Bourbon, Mme de Verneuil faisait partie d'une société sainte dont l'âme était M. Saint-Martin, né en Touraine, et surnommé le Philosophe Inconnu. Les disciples de ce philosophe pratiquaient les vertus conseillées par les hautes spéculations de l'illuminisme mystique ». L'initiation transmise par Louis-Claude de Saint-Martin se perpétua jusqu'au début du siècle par différentes filiations. A la fin du XIXe siècle, deux hommes sont dépositaires de cette initiation : le Docteur Gérard Encausse et Augustin Chaboseau, qui fondent l’Ordre Martiniste vers 1889, c'est la naissance du Martinisme de la Belle Époque.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé

MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:47 (2016)    Sujet du message: Ordre Martiniste Traditionnel

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    French Conspiracy Index du Forum -> Franc-maçonnerie -> L'Ordre Martiniste Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Igloo Theme Release v0.9 Created By: Igloo Inc. and PROX Designs in association with Kazer0 Designs.